Dans ma bibliothèque, il y a...

Chronique littéraire #25

« Son dernier souffle » de Robert Dugoni

08

Titre : Son dernier souffle
Auteur : Robert Dugoni
Édition : AmazonCrossing
Parution : Mars 2017
Genre : Policier

Logo Livraddict

Synopsis :

Tracy Crosswhite, détective à la Criminelle, a repris son travail après le procès sensationnel de l’assassin de sa sœur. Encore marquée par cette épreuve, elle se trouve entraînée dans une enquête qui menace de mettre en danger sa carrière, voire même sa vie.

Un tueur en série, baptisé le Cow-boy, assassine des jeunes femmes dans des motels miteux du nord de Seattle. Après avoir reçu un message de menaces suggérant que le tueur pourrait s’en prendre à elle, Tracy est chargée de mettre la main sur le meurtrier. Les pistes sont minces, le nombre des victimes augmente, et elle soupçonne que la solution se trouve dans une enquête pour homicide vieille de dix ans, que personne, à commencer par son capitaine, Johnny Nolasco, ne souhaite rouvrir.

Le Cow-boy toujours en chasse, Tracy découvrira-t-elle des preuves qui permettront de l’arrêter, ou bien deviendra-t-elle sa prochaine victime ?

Mon avis :

Je tiens avant tout à remercier NetGalley et les éditions AmazonCrossing de m’avoir permis de lire ce roman avant même sa sortie.

Ce fut un vrai plaisir. J’ai beaucoup apprécier me plonger dans l’univers du détective Tracy Crosswhite. Son personnage est très énergique et attachant. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde lors de cette lecture.

L’histoire est drôlement bien menée, et je n’ai pas vu venir le dénouement, ce qui est très appréciable quand on lit ce type de roman ! Le style de Robert Dugoni est très agréable à lire. Ses personnages sont très profonds et l’histoire très intéressante. Je lirai avec plaisir d’autres romans de cette série consacrée à l’agent Crosswhite.

Si vous aimez les romans policiers énergiques, je vous conseille fortement la lecture de « Son dernier souffle ». Vous ne le regretterez pas !

 

Ma note : 16/20

Tracy referma le portail en fer forgé derrière elle et le secoua pour s’assurer qu’il était bien verrouillé. Elle regarda la BMW de Kins s’éloigner et disparaître derrière la petite côte. Pendant plus de six ans, ils s’étaient vus presque tous les jours, huit à dix heures par jour. Travailler avec Kins lui manquerait.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique littéraire #25 »

Les commentaires sont fermés.