Dans ma bibliothèque, il y a...

Chronique littéraire #16

« La femme du photographe » de Nick Alexander

00

Titre : La femme du photographe
Auteur : Nick Alexander
Édition : AmazonCrossing
Parution : 2015
Genre : Contemporaine

Logo Livraddict

Synopsis :

Enfant du Blitz, Barbara veille jalousement sur plus d’un secret. Désireuse d’épargner à ses enfants les dures réalités de la vie, elle leur a raconté peu de choses sur son enfance misérable, et quasiment rien sur les périodes sombres et mouvementées de son mariage avec l’un des plus célèbres photographes britanniques. Consciente de ce passé morcelé, Sophie, sa fille cadette, s’efforce de comprendre qui sont véritablement ses parents afin de pouvoir se construire sa véritable identité – au grand dam de Barbara. Lorsque Sophie décide d’organiser une grande rétrospective consacrée à l’œuvre de son père adoré, les vieilles photos ressortent des cartons poussiéreux. Avec elles, le passé ressurgit brusquement, charriant dans son sillage des anecdotes et des secrets qui remettront en question tout ce que Sophie croyait savoir au sujet de ses parents.

Mon avis :

Tout d’abord, je souhaite remercier les Editions AmazonCrossing et NetGalley de m’avoir permis de lire ce roman.

J’ai été positivement surprise de ma lecture. Ce roman est une saga familiale qui suit 3 personnes : Minnie, Sophie et Barbara. Elle débute au cœur de Londres pendant la  guerre.

Pour comprendre d’où elle vient, la Sophie décide de ressortir les photos de son photographe de père et fait alors ressurgir le passé.

L’auteur arrive facilement à nous mener où il veut et je me suis rapidement attaché aux personnages et à cette histoire de famille, même si, au premier abord, ce n’est pas mon genre littéraire favori.

Mais cette fois, j’adhère parfaitement et conseille vivement cette lecture.

Ma note : 15/20

Perdue dans ses réflexions, Minnie observe Barbara, occupée à manger sa tartine de margarine. Comment cette journée va-t-elle se dérouler ? Sera-t-elle assez forte pour supporter ça ? Sera-t-elle capable de se séparer aussi radicalement de sa chair et de son sang ?

– – Glenda est une vraie marmotte, articule Barbara, la bouche pleine de pain.

–Laissons-la dormir, répète Minnie.

Oui, laissons-la dormir, laissons-la dormir jusqu’à la toute dernière minute. Si Barbara est trop jeune pour comprendre ce que signifie vraiment l’évacuation, Glenda, elle, ne se laissera pas duper aussi facilement…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Chronique littéraire #16 »

Les commentaires sont fermés.